Hypertextualite aigüe


« Mon cerveau d’avant internet me manque » comme dit Douglas Coupland. En effet, certains jours je souffre d’hypertextualite aigüe.

Sur le net, je cherche des infos pour fabriquer mes histoires de film. Mais mon cerveau est trop sautillant, courant d’un hyperlien à un autre. A vouloir m’emplir, j’embrasse trop. Internet détériore ma capacité de concentration, de contemplation et même peut-être mon attention pour les gens.  Mon esprit compte gober « les connaissances tel que le net les livre : dans un flot rapide de particules. » Et de fil en aiguille, les liens hypertextes nous font « perdre de vue l’objet originel de notre lecture.  »

« On se souvient moins bien des informations que l’on sait pouvoir retrouver sur son ordinateur que de l’endroit où elles sont stockées. Transformons-nous notre propre mémoire, terreau de la maturation de la pensée, en simple index de nos connaissances ?

Socrate s’inquiétait de la propagation de l’écriture qui selon lui exposait les hommes au risque de s’assécher, se vider de la culture.  L’imprimerie de Gutenberg engendra des craintes semblables : ferons-nous encore l’effort de mémoriser le savoir dès lors qu’il se trouve dans les livres ?

Au coeur de l’angoisse suscitée par la révolution numérique, il y a cette idée vertigineuse : nous façonnons des outils et ensuite c’est eux qui nous façonnent. »

Je me plains de ce caractère sautillant du numérique alors qu’il a fait le cinéaste que je suis. Mon film « La Montagne au Goût de Sel »  rejette  le mode de pensée linéaire pour raconter l’histoire de Louise et Paul par bribes de vie s’échappant de l’oubli. Le cinéma de recyclage n’est autre qu’une application de notre plasticité neuronale : faire du neuf avec de l’ancien.

Il n’empêche qu’il faut lutter contre le côté « juste survolant » du monde numérique. D’où ce projet de film dont vous pouvez voir un extrait de storyboard animé (ce projet cherche un producteur !). Et puis je me suis lancé dans le tweet de recyclage …

Pour en savoir plus sur les mutations du cerveau à l’heure du web plein de points zéro, lisez le très bon article de Marc Belpois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s