200 000 fantômes

 

Certaines fictions sont tellement académiques formellement que je sors de la beauté de ce qui m’y est dit. A l’inverse, je comprends que beaucoup de cinéastes purement « expérimentaux » brouillent le sens pour que les spectateurs se laissent aller uniquement à des émotions. Mais l’impossibilité totale d’intellectualiser me fait oublier la beauté de ce que l’on me donne à voir et à entendre. 

Rien de tout cela avec les films de Jean-Gabriel Périot. Quand je regarde et j’écoute 200 000 fantômes, mon esprit vagabonde mais il rencontre des branches sur lesquelles il peut se poser un instant avant de repartir ailleurs. Et tous mes sens sont en éveil.

Pourquoi ? Comment ? Je ne saurais réduire cette valse hypnotique à une théorie fumeuse. Je puis juste dire que ce film entremêle en moi concret et suggestion, clair et diffus, dit et non-dit.

«à côté d’une incertitude, mettez une certitude.» Corot

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s