1946, automne allemand

Si la vidéo ne s’affiche pas, vous pouvez la visionner sur Viméo ici.

Beaucoup de documentaires d’archives me hérissent le poil par leur manque d’ambition formelle. Dans ces films, l’image d’archive n’y exprime que partiellement sa puissance sensible car elle ne sert que d’illustration aux propos tenus en voix off. Cette démarche « illustrative », c’est un peu comme le film hollywoodien de base qui met de la musique partout, en accentuant les moments de peur … par une partition qui fait peur !

L’archive doit pouvoir respirer, être réinventée, mise en valeur et questionnée par la mise en scène.

 

Dans ce film de Michaël Gaumnitz, l’archive reprend vie grâce à l’art plastique. J’ai été complètement plongé dans cet automne 1946 grâce à ces visages qui se dessinent devant nous à la palette graphique.
Et cette épure de la bande-son qui fait tellement bien résonner le côté étouffant de la misère d’après-guerre.
Ici pas de bruit et de fureur inutiles : nous comprenons l’Histoire en creux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s