Raging Bull

title raging bull

Extrait de « Le film de famille dans les films de fiction » écrit par Marie-Thérèse Journot

Alors qu’on aurait pu croire que le film de famille se limitait à moderniser le flash-back au cinéma, peu de films l’utilisent en fait uniquement de cette manière. Dans Raging Bull de Scorsese, le film de famille fait partie intégrante de ce long retour en arrière que constitue le film lui-même. Jack La Motta et Joe son manager en sont les réalisateurs, cédant cette place parfois à un autre membre de la famille. La facture en est classique, les séquences retracent des moment privilégiés comme les vacances, le mariage du frère, la détente autour de la piscine avec les enfants. Mais les séquences alternent avec des photos et des scènes de combats de boxe au ralenti qui tendent à renforcer l’effet de document conféré au film lui-même. (…)

L’ensemble du film paraît à partir de là être une reconstitution  par un tiers de la vie du boxeur, sorte de mosaïque de documents réels, de pièces versées au dossier, et de séquences fictionnelles. Le film de famille apporte donc une authenticité documentaire à l’ensemble du film, avant qu’on s’aperçoive à la fin, que La Motta évoquait pour lui-même ses souvenirs, et qu’il est donc narrateur de sa propre histoire. L’objectivité du film de famille était donc un leurre et il s’apparente bien plus à des images-souvenirs affluant en désordre comme dans Drugstore cowboy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s